Le Public - Les Missions

Le SAMSAH a pour mission d’accompagner des personnes adultes handicapées psychiques, de plus de 20 à 59 ans, domiciliés sur le département de la Nièvre, souffrant de pathologies psychiatriques.

Après étude des typologies de population et les différentes expériences d’accompagnements que nous partageons, il en ressort que les personnes accompagnées présentent un large spectre de la classification des maladies psychiques (schizophrénies, psychoses hallucinatoires chroniques (PHC)…), les troubles de l’humeur (troubles bipolaires, mélancolie, dépression….), les troubles du comportement (conduites addictives, troubles du comportement alimentaire…), les états de souffrance psychique liés aux histoires de vie (maltraitances physiques et psychologiques, traumatismes, parcours d’errance…).

En moyenne, les associations estiment les pathologies psychiatriques repérées à 92% par des psychoses.

  • La spécificité du public

Le service s’adresse spécifiquement à des personnes en situation de handicap psychique. Aussi, l’accompagnement proposé doit prendre en compte que :

  • Le handicap psychique, conséquence de la maladie mentale, ne doit pas être confondu avec la maladie elle-même ;
  • Toute personne atteinte de troubles psychiques n’est pas nécessairement handicapée par les symptômes dans sa vie sociale et professionnelle ;
  • Les besoins de compensation dépendent très fortement des expériences auxquelles les personnes ont été confrontées dans leur trajectoire de vie et de la manière dont leur maladie et/ou leur handicap sont vécus ;
  • La difficulté de compensation vient de la variabilité de l’état de la maladie, de la « non-linéarité » de l’évolution du handicap psychique ;
  • Les troubles psychiques peuvent « se stabiliser » par la prise régulière d’un traitement associé à une prise en charge psychosociale. Cette stabilisation permet d’envisager une vie autonome où l’insertion professionnelle devient ou redevient possible. Cet objectif à atteindre, et à mener sur le long terme, est à adapter au profil de chaque personne ;
  • L’observance des soins peut être  aléatoire (surconsommation médicamenteuse, rupture de traitement, irrégularité aux consultations avec le psychiatre du centre médico psychologique). La maladie psychiatrique occulte les autres aspects sanitaires, plus précisément la dimension somatique ;
  • Des patients, bien que « stabilisés » sont soumis à une grande fragilité sociale et psychologique, nécessitant un renforcement d’accompagnement dans leur quotidien ;
  • Ces personnes sont souvent dans l’incapacité de s’inscrire dans une continuité et de ce fait, de se projeter dans le futur ;
  • Les problèmes d’hygiène personnelle et d’incurie peuvent rendre difficile la vie en logement autonome ;
  • L’isolement, la désocialisation sont des conséquences avérées.

Trois missions principales sont attachées à cet accompagnement :

  • Le soin, l’accompagnement médical et para médical ;
  • La vie sociale ;
  •  Le Professionnel.

On retient plusieurs objectifs principaux :

  • Faciliter l’élaboration et la réalisation d’un projet de vie incluant un projet de soin, un projet  socio-éducatif et/ou un projet professionnel réaliste ;
  • Favoriser ou réactiver un réseau autour de la personne accompagnée avec ou sans intervention à domicile ;
  • Développer les capacités de la personne à agir sur l’environnement et à en saisir les opportunités ;
  • Développer les démarches, moyens et outils de compensation du handicap psychique ;
  • Créer les conditions favorables à une stabilisation de l’insertion sociale et professionnelle ;
  • Assurer un rôle de conseil dans les entreprises (ordinaires, adaptées, ESAT…) ;
  • Jouer un rôle de médiation et de coordination entre les différents acteurs.